Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/07/2008

Une sarkosade*

Nicolas Sarkozy est, avec un peu d'imagination, une sorte de croisement entre Louis de Funes et Christophe Dechavane. Sur le plateau de France 3, avant son interview d'avant-hier, il était plutôt Dechavane. Il s'installe. Il est super aimable. Il parle sur le ton avec lequel il s'adresse aux personnes avec qui il discute. Pas le ton des discours ou des interviews. On lui propose

Lire la suite

14/05/2008

De l'art du barbecue

fc92676ff2a15540b779ee61859edc1c.jpgQuand le grand chef scout siffle trois coups, un court, un long, un court.Il pense que tout le monde va accourir plein de joie.

C'est la quatrième fois aujourd'hui et franchement, il y a plus d'un scout qui se demande si cela vaut encore la peine de venir à ce rassemblement. Au cours des trois précédents, il était question de lancer le feu pour que le repas soit prêt à temps. Pas n'importe quelle tambouille cependant. Aujourd'hui, c'est "concours cuisine". Chacun a reçu un petit budget et une carte blanche pour améliorer l'ordinaire. Bien entendu, le staff a donné son avis sur les ingrédients choisis et il faut bien dire que ce qui n'était pas conventionnel a été écarté. "Trop risqué pour de jeunes palais" a-t-on entendu dans la tente intendance. Les mélanges d'épices trop audacieux resteront dans les rayons de l'épicerie du village. On laissera d'autres avant-gardistes les tester. Et faire recette peut-être...

Reste qu'il faut avoir une idée précise de l'heure du repas pour savoir quand lancer le feu. Sinon, les cuissons risquent d'être plutôt aléatoires. Déjà que cuire au feu de bois demande au moins deux semaines d'apprentissage.

Et là, ça fait trois fois qu'une heure est fixée, puis modifiée. "Les invités devraient être arrivés" ont annoncé, chaque fois avec la même conviction, les éminences de la troupe. Les raisons invoquées pour justifier le retard s'accumulent. Pas toujours convaincantes, elles interrogent surtout sur le degré de préparation des chefs. Le feu, lui, est allumé depuis belle lurette. Et l'alimenter n'est pas mince affaire. Pas trop pour ne pas l'étouffer. Pas trop peu pour éviter la déperdition de chaleur. Et les problèmes risquent de se poser en cascade: aura-ton assez de bois pour entretenir ce feu? La marinade ne risque-t-elle pas de tourner à force de patienter depuis le milieu de l'après-midi? Est-ce qu'on a bien pensé à retirer les piments qui ne devaient n'y être plongés que quelques minutes? La nuit ne va-t-elle pas tomber trop tôt, obligeant certains à regagner leur campement?

Et les saucisses alors? A force d'attendre de passer sur le grill, elles pourraient se mettre à courir toutes seules vers la table de travail d'un cuistot mieux informé de la ponctualité de ses invités. Pauvres petites saucisses. Personne ne prend le temps de leur dire quand elles seront dégustées.

Parce que faire cuire des saucisses sur un feu de camp, ce n'est pas si facile que ça en a l'air.

Il ne suffit pas de siffler trois coups, un court, un long, un court.

 Crédit: Olivier Pirard