Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/12/2008

Jeu du soutien-gorge

22/06/2008

Pays-Bas - Russie (4 cervelas)

J'ai été hollandais. Quinze jours à croire que rien ne les (nous) arrêterait, que les buts s'empileraient sans fin, qu'il y en aurait un plus beau encore que celui de Van Basten en 1988, qu'il fallait arrêter de se planter lamentablement contre une équipe de seconde zone à cause d'un excès de confiance, que ce n'est pas toujours l'Allemagne qui gagne à la fin, que c'est vrai qu'on ne peut pas parier sur les Espagnols et les Portugais mais que pour eux (nous) c'est différent, parce qu'on est meilleurs, qu'on joue mieux, qu'on marque des beaux buts, qu'on a des milliers de supporters qui boivent des milliers de bières, qu'on aligne 10 attaquants et un gardien, et pas n'importe quel gardien, le meilleur gardien, et qu'on ne voit pas la différence quand on remplace Kuyt par Van Persie, etc, etc.

J'ai été hollandais. Il fallait juste faire un peu gaffe à des types qui joue offensivement sans se poser de question (une sorte de reflet dans un miroir), ne pas se voir en finale avant la semaine prochaine.

Pourquoi c'est comme d'habitude?

 

16/06/2008

Pays-Bas – France (4 cervelas)


Is het lekker? Ja, 't is lekker! Is het mooi? Ja ja ja... Le rire du commentateur hollandais mèle le plaisir et l'incrédulité. Kuyt vient d'ouvrir le score contre la France. On joue depuis 9 minutes et les Pays-Bas montrent qu'ils sont toujours sur la planète depuis laquelle ils ont enfoncé l'Italie. Un nouveau petit coup de pouce de l'arbitrage et une maladresse de Thierry Henri leur permet de conserver leur avantage jusqu'au vestiaire.

En seconde mi-temps, une « roulette » de Van Nistelrooy hallucine Thuram et Sagnol d'un coup. Robben s'échappe, centre et Van Persie double l'avance. Quelques minutes à peine après être monté au jeu à la place de Kuyt. Rien à dire sur le coaching de Van Basten, dont le seul véritable problème est de choisir parmi les 22 attaquants dont il dispose. Henri dépose une pincée d'espoir d'une touche de balle remarquable. Mais deux nouveaux buts claquent dans le plafond de Coupet. En te remerciant comme dirait mon p'tit frère...